Je n’ai plus envie de mon mari

La baisse du désir sexuel (ou libido) est un problème causé par de nombreuses conditions physiques et psychologiques, qui peuvent affecter aussi bien les hommes que les femmes. Elle se manifeste par une réduction de la fréquence et de l’intensité du désir sexuel, à la fois spontanément et en réponse à des stimuli érotiques.

La libido est l’une des phases du cycle sexuel : elle déclenche l’excitation et est étroitement liée au plaisir érotique. Le désir est influencé par l’état de santé, l’alimentation, les niveaux d’hormones, la prise de certains médicaments et une composante psychique (présence de fantasmes, désir d’avoir une activité sexuelle, satisfaction corporelle, etc.)

Dans certains cas, la réduction de la libido est un état temporaire, lié au mode de vie et à des situations transitoires, telles que le stress, la fatigue et la faiblesse (par exemple, les états fébriles). D’autres fois, en revanche, il est le symptôme de véritables pathologies (notamment des altérations hormonales et une dépression majeure).

Chez les femmes, la diminution du désir peut également être mise en évidence par des réactions, telles que les dyspareunies (relations douloureuses) et les vaginismes (spasmes involontaires de la paroi vaginale qui rendent la pénétration impossible). En revanche, l’homme peut ne pas être en mesure d’obtenir ou de maintenir une érection complète (dysfonctionnement érectile).

Si elle se prolonge, la baisse de la libido peut avoir des répercussions sur la sphère psychologique et sur la relation.

La baisse du désir sexuel peut être secondaire à des maladies endocriniennes qui provoquent une insuffisance surrénale (maladie d’Addison) ou, à l’inverse, à l’hypersurréalisme (syndrome de Cushing).

Parmi les autres facteurs qui provoquent une baisse de la libido, on peut citer les déséquilibres hormonaux avec diminution de la production de testostérone (par exemple, l’hypogonadisme masculin et l’hypopituitarisme), l’augmentation de la production de prolactine (hyperprolactinémie) et la diminution des hormones thyroïdiennes (comme dans l’hypothyroïdie).

Diverses maladies génitales peuvent causer ou contribuer à un dysfonctionnement. Chez les femmes, il s’agit de vaginites (atrophiques ou secondaires à des infections vaginales, telles que l’herpès génital, la candidose et la trichomonase), de dystrophies vulvaires, de lichens sclérosés et de rétrécissement de l’apport vaginal post-chirurgical. En outre, elle peut dépendre de circonstances spécifiques, telles que les stades du cycle menstruel, la grossesse et la ménopause.

Chez l’homme, en revanche, la baisse de la libido peut être associée à un dysfonctionnement érectile et résulter de maladies structurelles des organes génitaux (par exemple la maladie de La Peyronie) et de troubles neurologiques et vasculaires (athérosclérose des artères péniennes, priapisme, traumatisme de la moelle épinière, etc.)

La diminution ou l’absence de désir sexuel peut également dépendre de nombreuses maladies chroniques, telles que l’urémie, l’insuffisance hépatique et divers cancers. Les causes neurologiques comprennent certains dommages secondaires tels que le diabète, la sclérose en plaques, le dysfonctionnement de la moelle épinière ou les blessures chirurgicales.

La baisse du désir sexuel peut également être due à l’abus d’alcool et de drogues (par exemple, cocaïne, opioïdes et héroïne).

Les médicaments qui affectent la libido comprennent : les antagonistes des récepteurs androgènes faibles (par exemple la spironolactone), les antihypertenseurs, les neuroleptiques, les hypnotiques, les antiépileptiques et certains antidépresseurs. Dans certains cas, l’œstrogénothérapie orale et les contraceptifs hormonaux peuvent également entraîner une diminution de la réponse sexuelle.

Les troubles de l’humeur sont étroitement liés à une diminution du désir et de l’excitation. Les inquiétudes concernant un résultat négatif (par exemple, l’anxiété liée à la performance, la peur de grossesses non désirées ou de maladies sexuellement transmissibles et l’incapacité à avoir un orgasme) peuvent également contribuer à modifier la réponse sexuelle.
Témoignage d’une femme aidée en 2010 par notre équipe :
Bonjour,
Je ne suis mariée que depuis trois mois (après des fiançailles de deux ans) mais je n’ai aucun désir sexuel envers mon mari. Je ne supporte ni l’idée du contact physique, ni le contact physique lui-même. Cela me dérange, presque une répulsion d’être touché par des intentions “sexuelles”. Les rares fois où je fais un effort pour me rendre (d’ailleurs, à ce stade, il me cherche de moins en moins), j’ai hâte que cela se termine. Je tiens à souligner que l’absence de désir s’étend au sexe en tant que tel, je n’ai pas non plus de fantasmes sur d’autres hommes, ni de désir d’auto-érotisme.
Je dois souligner que notre histoire est jeune, avec un mariage qui n’a même pas duré 3 mois. Je suis donc terrifié à l’idée de me demander ce qui se passera dans quelques années…
Tout cela étant dit, je ressens un grand sentiment de frustration en réalisant que je verse alternativement sur ma nourriture ou sur mon mari. Sur la nourriture quand je suis seule (j’ai souffert de boulimie) et sur mon mari quand il est là. J’ai tendance à être délibérément arrogant et grincheux parce que je crains que des formes de tendresse ne conduisent à des situations à fort contenu “émotionnel” qu’il pourrait interpréter comme une “capitulation sexuelle”.
Il y a quelques nuits, il a simplement allumé une bougie dans la maison et j’ai ressenti un mouvement de peur parce que l’atmosphère semblait être un prélude à une continuation du contenu sexuel. Et donc pour casser l’ambiance immédiatement, je l’ai attaqué verbalement sans affronter le problème.
J’ai peur qu’il me dise que tout va bien, que je n’ai pas de problème… Il est déjà arrivé que j’essaie d’en parler mais j’ai l’impression qu’il nie les preuves. Mon mari est doux, aimant et attentionné et je pense qu’il nie l’existence d’un problème pour me calmer… mais cela en moi empire les choses.
En outre, avant que nous ne commencions notre relation, il avait une vie sexuelle active. Cela a créé chez moi de fortes attentes quant à notre vie sexuelle, car j’avais cette forme de torpeur sexuelle auparavant. Mais avec lui, rien n’a changé, en fait… ma petite ferveur s’est complètement éteinte. Et une partie de moi blâme mon mari parce qu’il ne peut pas éveiller le désir en moi et je l’accuse donc d’être hâtif ou de ne pas faire les choses comme je le voudrais. Le fait est que je suis en fait en colère contre moi-même parce que je ne peux pas le satisfaire en tant qu’homme, je ne peux pas lui faire sentir qu’il est désiré et je me sens ennuyeux.
J’ai peur parce que je pense qu’en faisant cela, je ruine notre relation… Je ne peux plus montrer de tendresse sauf avec la nourriture, je me sens aimée quand il me prépare quelque chose de bon, je pense que je lui montre mon dévouement en cuisinant pour lui. J’évite toute forme de contact physique autre que ceux qui ont une connotation absolument “fraternelle”.
JE SUIS CONSCIENTE QUE CE N’EST PAS NORMAL. Mais je ne sais pas comment m’en sortir… J’ai l’impression de vivre dans un tunnel sans lumière et je n’en vois pas la fin…
Aidez-moi à trouver un moyen et à comprendre pourquoi cela se produit.

Fin du témoignage

Appelez notre équipe de Medium, love coach spécialiste de l’amour ! Nous vous aiderons !

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code